MENU

ECF - SADC : Corneille NANGAA YOBELUO présente les perspectives d'amélioration du processus électoral congolais



Corneille NANGAA YOBELUO, Président de la CENI-RD Congo a présenté le contexte politique particulier de la République Démocratique du Congo qui se résume par : 11 types de scrutins prévus; la possibilité d’une 1ère alternance pacifique dans le pays; une méfiance entre acteurs politiques et pour certains, envers le processus électoral et la CENI ; un paysage politique particulier: près de 600 partis politiques ; un système électoral basé sur la ‘’Proportionnelle à listes ouvertes avec un choix préférentiel’’,  Un espace médiatique ouvert (+ de 160 chaînes TV dont 60 à Kinshasa; 150 titres de journaux dont 30 réguliers, 600 radios, plusieurs centaines de sites web et blogs d’information et actualité) mais avec les efforts requis pour l’équité dans l’accès des différentes tendances politiques aux médias publics et du traitement objectif des informations par les médias privés ; L’absence d’un Registre d'état civil; la non tenue des scrutins en 2016 et avec comme conséquence l’existence des institutions électives à mandats échus ; Deux accords politiques et dialogues sous la facilitation de l’Union africaine et de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) ; Sans oublier les défis financiers, logistiques et sécuritaires  importants dans un pays continent. Le Consensus politique a permis l'organisation de la révision du fichier électoral et la séquence des élections pour organiser trois élections le même jour. Le rôle de la communauté internationale restant à spécifier.

Corneille NANGAA a poursuivi son exposé en présentant l'évolution des données électorales par l'enrôlement à ce jour de près de 42 millions d'électeurs durant la Révision du Fichier Electoral en cours, avant de conclure son exposé en donnant les propositions de la CENI RDC pour l'Optimisation du processus électoral: la rationalisation par la loi en proposant un seuil d'éligibilité qui permettra de résorber le problème du grand nombre des Partis politiques (près de 600 actuellement) et par l'usage des nouvelles technologies de l’information et de communication avec la Machine à voter qui permettra d'économiser prêt de 400 millions de dollars américains sur le budget actuel prévu pour l'organisation de 11 scrutins qui s'élève à près de 1.300.000.000$. Toutes ses propositions sont sous tendues juridiquement par l'Accord Global de la Saint Sylvestre, au Chapitre IV, IV. 4 qui demande à la CENI « … d’explorer les voies et moyens de rationalisation du système électoral pour réduire les coûts excessifs des élections». Il faille donc de réfléchir pour que les finances ne soient pas un blocage pour le processus électoral.