MENU

Satisfecit des experts de la délégation du Conseil consultatif électoral de la SADC après la rencontre avec la CENI



Accueillie par le Rapporteur de la CENI, M. Jean Pierre KALAMBA, la délégation du Conseil consultatif de la SADC a suivi les éléments essentiels de la mise en œuvre du calendrier électoral du 5 novembre 2017 avec l'organisation le 23 décembre de trois scrutins combinés.

Le rapporteur de la CENI, les a aussi convaincus sur la nécessité de recourir à l’utilisation de la machine à voter qui n’était pas en contradiction avec la loi et que cette pratique n’avait rien à voir avec le vote électronique, qui est immatériel avec des machines interconnectés. Alors que la machine à voter utilise le bulletin papier. Ces différentes explications fournies par le bureau de la CENI, ont assouvi la soif des experts de la SADC.

Selon M. John Billy TENDWA, chef de la délégation des membres du Conseil consultatif électoral de la SADC, la République démocratique du Congo a fait une avancée significative du vote manuel vers un vote technique. "Dans le vote manuel, fait-il savoir, on avait un bulletin de vote qui avait énormément de pages à parcourir pour retrouver son candidat, voter et le déposer dans l’urne. Avec la machine à voter, on a un seul bulletin pour trois élections et en deux minutes ou moins, tout est fini. C’est un grand pas de quitter le système manuel vers un système technique très avancé’’.


Pour Jean Pierre KALAMBA, la CENI se sent réconfortée du soutien de la SADC dans pareille circonstance, où la RDC tend vers sa première alternance démocratique depuis 1960. Il s’est réjoui du fait que les membres de la SADC ne sont pas venus à Kinshasa les mains vides. "Ils sont venus avec des techniciens qui vont continuer le travail avec nos techniciens pour examiner des voies et moyens de nous accompagner en termes de déploiement’’. La SADC promet également d’envoyer d’ici le 12 décembre, une forte équipe d’observateurs dans toutes les provinces " et au besoin examiner la possibilité de nous venir en assistance technique comme ils l’ont fait en 2006 et en 2011 ", souligne le rapporteur de la CENI.