MENU

Vendredi 25 mai 2018 au siège de la CENI. Le Comité d’audit du fichier électoral a présenté son rapport de travail



La Mission d’audit du fichier électoral a débuté le 06 mai 2018, conformément au calendrier électoral publié par la CENI le 05 novembre 2018. Les experts de l’Organisation Internationale de la Francophonie ont été assistés de ceux de l’Opposition, de la Majorité ainsi que de la société civile.

Dans son mot d’introduction, le Président de la CENI a salué le travail abattu et confirmé la tenue des scrutins combinés présidentiel, législatifs national et provincial au 23 décembre 2018.

L’OIF, par la voix de trois de ses membres dont le Général Siaka SANGARE, a donné les points forts du fichier électoral. Le rapport note entre autres le caractère inclusif, exhaustif et actualisé mais perfectible du fichier électoral, et donc nécessitant des améliorations ayant fait l’objet de recommandations à court et moyen terme, en vue, notamment de son affichage provisoire pour permettre d’aboutir à des listes électorales définitives, conformément à la loi. Tout en signifiant que ces recommandations à court terme n’auront aucune incidence sur les activités prévues dans le calendrier électoral.

L’OIF regrette la faible implication des partis politiques et de la société civile, en proportion du territoire national, et ce, tout au long des opérations d’enrôlement.

Parmi ces recommandations, notons :

A la CENI, d’isoler, pour le scrutin du 23 décembre 2018, les électeurs atteignant 18 ans entre le 24 et le 31 décembre 2018 ; d’afficher les listes provisoires sur le territoire national et cela à court terme.

En moyen terme, la mission de l’OIF recommande notamment au Gouvernement de la République à travers ses services connexes concernés, de mutualiser les ressources pour aboutir à un système d’état civil au travers d’un programme global de recensement et d’identification de la population.